Back to top

Quand la réassurance facilite le passage à Solvabilité II

13/03/2017 Expertise

Solvabilité II instaure des règles plus contraignantes à l’ensemble des organismes assurantiels dont le chiffre d'affaires est supérieur à 5 millions d’euros. Dans ce nouveau contexte, l’UNMI propose aux mutuelles une solution de réassurance sur-mesure.

La réassurance pour garantir ou optimiser la solvabilité

« Avec Solvabilité II, le cadre prudentiel mis en place oblige les organismes mutualistes à mieux refléter les risques encourus. Ils doivent prendre en compte l’ensemble des risques, l’évolution des produits financiers et les normes internationales dans le pilotage de l'activité », explique Patrick Ratta, Directeur du développement de l’UNMI. À cet effet, les critères de solvabilité, le système de gouvernance et de gestion des risques, ainsi que les contrôles de ACPR sont renforcés.

Pour les mutuelles qui dépassent légèrement le seuil de chiffre d'affaires de 5 millions d’euros, maintenir l’activité au regard de ces exigences peut s’avérer difficile. En effet, une nouvelle organisation interne doit être mise en place – fonction clés, contrôle adéquat des risques, procédures écrites, système performant d’exploitation des données – ce qui peut engendrer un certain coût financier.

Dans ces circonstances, la réassurance se révèle être un moyen pour les mutuelles d'alléger leurs fonds propres et d'optimiser leur capacité financière. Comme le précise Patrick Ratta, « en cédant tout ou partie de ses pertes potentielles au réassureur, la mutuelle limite son exposition au risque et réduit son besoin de marge de solvabilité ». Soit la mutuelle cède une partie du risque de son portefeuille, elle dispose ainsi d'un capital plus conséquent pour le consacrer au développement. Soit elle cède la totalité du risque de son portefeuille, elle s’affranchit alors des contraintes de Solvabilité II, assumées désormais par l’UNMI en tant que réassureur.

La réassurance UNMI : une solution adaptée à chaque mutuelle

Sous Solvabilité II, face à la concentration du secteur mutualiste, la réassurance constitue une solution pour les mutuelles qui souhaitent pérenniser et développer leur activité tout en restant autonomes. Les plus grandes mutuelles peuvent accéder à un capital supplémentaire pour couvrir leurs frais de gestion, de marketing ou de développement commercial : recrutement de commerciaux, ouverture de nouvelles agences, renouvellement des supports de communication... Les plus petites mutuelles, qui ont un chiffre d’affaires légèrement au-dessus de 5 millions d’euros, peuvent recourir à une solution de réassurance à 100 % de leur portefeuille complétée d’un accompagnement personnalisé.

« Nous sommes reconnus comme assureur, notamment pour le risque prévoyance, mais l'Union est aussi réassureur en santé et en prévoyance, rappelle Patrick Ratta. La réassurance est l’un de nos principaux axes de développement et représente 7 % de notre chiffre d'affaires 2016. L’UNMI, acteur mutualiste, se veut un réassureur de proximité à l’écoute des besoins de chaque mutuelle quelle que soit sa taille ou sa spécificité. ».

Pour en savoir plus sur l’offre Réassurance de l’UNMI, cliquez-ici.